AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
parviendras-tu à remplir ta to-do list ? viens essayer !
intrigue : concours de tee-shirt mouillé au festival palazza

Partagez | 
 

 All around me are familiar faces worn out places, worn out faces (Charlie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Temporary Admin □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.

RAGOTS : 130
ARRIVE(E) LE : 16/08/2017
POINTS : 64


Ce dont tu rêves.
CONTACTS:
MessageSujet: All around me are familiar faces worn out places, worn out faces (Charlie)   Sam 19 Aoû - 11:56


Charlie & Soren

All around me are familiar faces
Worn out places, worn out faces


Un coup d'oeil à l'horloge de son bureau et Soren laissa échapper un sourire. Son dernier patient de la matinée venait de partir, et, dans quelques temps, la quasi intégralité de l'hôpital se dirigerait vers la cafétéria pour un déjeuner bien mérité. Son dos s'appuya contre l'assise de son fauteuil et il soupira tout en passant sa main, fraiche, sur son front brulant. Il se sentait épuisé ces derniers temps et son emploi du temps ne s'arrangerait pas à mesure que la rentrée arrivait. Il avait besoin de vacances ... Oui de longue vacances, loin de l'hôpital, d'Or Valley, de sa femme qui était au bord de la crise de nerfs et de ses enfants qui n'arrêtaient pas de hurler dans la maison. Soren s'en voulu immédiatement: Ava gérait seule leur famille et Archie ne faisait pas encore ses nuits. Leurs quotas de sommeil était bien loin du minimum nécessaire pour être pleinement reposé et elle avait insisté pour reprendre le travail, ne supportant plus de rester à la maison avec le bébé. Croiser sa femme dans les couloirs de l'hôpital lui faisait plaisir, bien sur, mais il avait le sentiment d'avoir de répit nul part. Pas plus tard que la veille, elle l'avait chopé à la sortie d'une consultation pour lui demander de passer prendre des couches pour le petit, avant de rentrer. Une situation qui agaçait profondément Soren qui, ces derniers mois, avait profité du congé maternité de son épouse pour séparer travail et vie privée. Il sortit son téléphone portable de la poche de son jean, regardant l'heure alors qu'une soudaine envie de se lever le prenait. Il était encore tôt. Elle devait certainement être au travail à cette heure-ci, elle lui avait dit, la veille -alors qu'il revenait de la course de couche - qu'elle n'avait cours que l'après-midi. Et puis Ava avait une grosse matinée, elle irait sans doute manger en début d'après-midi ... N'y résistant plus, Soren se leva, refermant brusquement les dossiers qui se trouvaient sur son bureau. Il déposa sa blouse blanche sur le porte manteau et attrapa sa veste et les lunettes de soleil qui se trouvaient dans la poche de cette dernière. Traverser l'hôpital lui sembla durer une éternité mais, une fois un signe de tête en direction des secrétaires médicales de l'accueil fait, il sentit un élan de liberté emplir son coeur. Il traversa la rue rapidement, s'engouffrant dans une série de petites rues avant d'arriver devant le café où il avait ses habitudes. Elle était là, seule près du bar. Il avait envie de courir vers elle, de la prendre dans ses bras, de l'embrasser mais il se retint: ils n'étaient pas seuls et il fallait qu'ils restent discrets. « Bonjour » finit-il par lui dire, tentant de se comporter comme un client lambda malgré le sourire qu'il affichait. Il commanda la première chose qui lui passa par la tête et, au moment de payer, se pencha vers elle. « Tu as bientôt fini ton service non ? » lui chuchota-t-il, « Ça te dirait qu'on aille manger quelque part avant que tu ne reprenne tes cours ? » C'était risqué mais il se sentait d'humeur à prendre des risques. L'idée de passer une journée sans la voir lui était impensable.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: All around me are familiar faces worn out places, worn out faces (Charlie)   Sam 19 Aoû - 13:24


charlie & soren

All around me are familiar faces, worn out places, worn out faces


Charlie ne savait pas ce qui avait été le plus dur ce matin. Sortir de son lit ou se pointer au café, souriante et dispo. Sa sœur avait voulu regarder cet interminable film avec elle puis discuter, ses heures de sommeil se comptaient sur les doigts d'une seule main. Elle donc avait commencé sa matinée de travail avec des gestes machinaux, ces gestes qu'elle répète jour après jour, à tout moment de la journée. Enfiler l'espèce de ceinture, y attacher son carnet de commande et le stylo qui va avec, attacher ses cheveux pour éviter qu'ils trainent partout et fixer un sourire sur ses lèvres, pour paraître sympathique aux clients et avoir de bons pourboires. Aujoud'hui, et heureusement, elle ne travaillait que la matinée, ayant cours quelques heures de cours l'après-midi. Elle avait de la chance d'avoir un patron qui lui donnait des horaires flexibles, des collègues agréables et ouverts aux négociations. elle savait que certains n'avait pas cette chance, de travailler dans de telles conditions. Alors elle en profitait au maximum, s'arrangeait même parfois pour échanger ses services avec ses collègues. Pour avoir plus de temps pour elle, plus de temps pour Soren. Soren, cette homme qui avait fait chavirer son cœur au moment ou elle ne s'y attendait le moins. Soren, qui lui donnait ce sourire idiot qui ne la quittait plus de la journée. Ce sourire qui préocuppait sa collègue amie, qui n'arrêtait pas de la harceler, jour après jour. D'ailleurs, pour une fois, les deux jeunes femmes n'avaient pas d'heures en commun, elles allaient juste se relayer. Sa matinée elle donc être horriblement calme, sans amie avec qui discuter. La jeune femme avait hâte de finir son service et entre deux clients, ses yeux ne quittaient l'horloge qui ornait le mur, alternant parfois avec la porte d'entrée du café. Elle espérait qu'il vienne la voir. Il savait qu'elle ne travaillait que le matin, rien qu'un bonjour discret embellirait sa journée. Elle se sentit un peu coupable, à cette pensée. Elle se sentait mal d'être devenu presque dépendante d'un homme marié. Mais une cliente l'interrompit dans ses réflexions et armé de patiente et de bonne volontée, elle s'arracha de son bar pour aller la servir. Les clients s'enchaînèrent et les heures passèrent, son service touchait à sa fin et Charlie trépignait d'impatience, accoudait à son bar, guettant inlassablement si quelqu'un avait besoin d'elle. Et alors qu'elle relevait la tête, elle le vit. Souriant, il s'avança vers elle, lui dit bonjour. Elle s'empêcha de lui répondre avec trop d'enthousiasme, cela semblerait suspect. Bonjour. Elle arbora ce petit sourire en coin que lui seul connaissait. Sans rien laisser apparaitre, Charlie le servit, comme elle l'avait appris depuis qu'elle travaillait ici. Je finis dans exactement six minutes et quarante seconde. Dit-elle, partagé entre le rire et la honte d'avoir compté les secondes. Et comme toute réponse à sa demande. Tu m'attends dehors ? Le temps que je débarasse et que j'aille me changer. Murmura-t-elle en l'encaissant avant de s'éclipser. Quatre minutes plus tard, elle le rejoignit dehors, frôlant son épaule, sans oser lui prendre la main, alors qu'elle en mourrait d'envie. Le fait est qu'ils étaient tous les deux connus du coin et si quelqu'un les remarquait, Charlie ne donnait pas cher de son secret. Je connais un resto sympa, à quelques rues d'ici, je reprends mes cours dans deux heures, ça nous laisse amplement le temps... Argumenta-t-elle en commençant à marcher devant, le pas sautillant. Elle s'en fichait que les gens la trouvent ridicule, elle était tout simplement contente de se retrouver pour deux heures en compagnie de son officieux petit ami.

AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Charlie Anderson le Sam 19 Aoû - 17:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Temporary Admin □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.

RAGOTS : 130
ARRIVE(E) LE : 16/08/2017
POINTS : 64


Ce dont tu rêves.
CONTACTS:
MessageSujet: Re: All around me are familiar faces worn out places, worn out faces (Charlie)   Sam 19 Aoû - 14:49


Charlie & Soren

All around me are familiar faces
Worn out places, worn out faces


C'était fou l'effet que Charlie avait sur sa personne. Il n'avait jamais été du genre à s'épandre sur ce qu'il ressentait: Soren était un homme sentimentalement pudique qui se contentait de marque d'affection en privé, sauf avec ses enfants qu'il promenait le week end. Ava lui avait toujours reproché de ne pas l'embrasser dans la rue, de ne pas lui prendre la main ou d'être avare de mots doux à son égard. Jusque là, le trentenaire avait toujours répliqué qu'il était ainsi, que sa nature n'était pas tactile ou émotionnellement démonstratif et son épouse se contentait de soupirer, souriant doucement alors qu'il la prenait dans ses bras pour s'excuser de ce comportement qui, souvent, la blessait. Il n'était pas pour autant devenu un bisounours avec Charlie, mais il n'était pas rare qu'il la serre contre lui et ce, malgré la présence d'autres personnes, anonymes bien sur. Il se contenta d'un sourire, face au chronomètres millimétré de la jeune femme concernant son emploi du temps et quitta le café, un gobelet en carton dans la main. Il avala rapidement son contenu, adossé contre le mur de l'établissement, pensant avec humour qu'il devrait songer à souscrire une carte de fidélité vu le temps qu'il passait ici. Il songea avec nostalgie à la première rencontre qu'il avait eu avec Charlie, ici même, alors qu'il attendait un patient particulièrement terrorisé par les murs blanc et aseptisé de l'hôpital. Cela faisait bien longtemps maintenant, songea-t-il, et sa présence avait été comme une renaissance. Il se sentait plus vivant, il avait de nouvelles envies, de nouveaux projets. Le bruit de la porte, s'ouvrant sur une Charlie sans son uniforme, le sortit de ses pensées. Il étouffa un rire alors qu'elle tentait de se montrer discrète en l'ignorant totalement en apparence. Sage, il la suivit, les mains dans les poches après avoir jeté son gobelet en carton dans la poubelle la plus proche. Lorsqu'ils tournèrent, au coin de la rue, il accéléra le pas pour se retrouver à son niveau et passa un bras autour de ses épaules. « Méchante femme ... » fit-il mine de se plaindre « Les gens ne sont pas encore sortit des bureaux et tu me prives déjà de ton affection. » Ses lèvres s'étirèrent en un rictus moqueur tandis que le bras, qu'il avait mis autour des épaules de la demoiselle, la rapprochait de lui pour qu'il puisse embrasser le haut de sa tête. « Ne t'en fais pas, on ne croisera personne. » Il ne savait pas qui il tentait de convaincre le plus: certes, ils ne risquaient pas de croiser un proche de Soren dans la rue à cette heure, mais il n'était pas impossible de tomber sur une amie à elle ... Et, pour le moment, Soren n'était pas prêt à risquer de recroiser cette potentielle amie alors qu'il serait avec Ava et les enfants. Et puis, tous les coeurs n'étaient pas forcément désintéressés: s'il s'apprenait qu'elle sortait avec un homme marié, elle risquait de tomber sur des personnes mal intentionnées qui pourraient lui vouloir du mal. « Bon tu as survécu à ton boulot ... T'as beaucoup de cours aujourd'hui ? » C'était le genre de discussions totalement décalées qu'il aimait avoir avec elle.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: All around me are familiar faces worn out places, worn out faces (Charlie)   Sam 19 Aoû - 15:32


charlie & soren

All around me are familiar faces, worn out places, worn out faces


  Finalement, Charlie était heureuse d'être sortie de son lit, ce matin, même si elle avait du en sortir à reculons. Sa journée prenait une tournure très intéressante et si Soren n'était pas obligé de travailler, elle aurait peut-être pu sécher ses cours, c'est pas trois heures (même si c'était le meilleur cours de sa semaine) qui l'empêcheront de bosser mais allons bon, elle se sentait déjà chanceuse de manger avec lui aujourd'hui, leur emploi du temps et sa vie de famille ne lui permettant pas de vivre leur relation pleinement et au grand jour. Charlie sourit en l'entendant accélérer le pas et un petit rire s'échappa de ses lèvres au moment ou son bras entoura ses épaules. Elle aimait bien ses marques d'affections, elle se sentait importante, elle se sentait aimé. Dans son enfance, au sein de sa famille, elle n'en avait jamais vraiment beaucoup demandé, restant dans son coin et supportant (dans les deux sens du terme) sa fratrie. Alors maintenant qu'elle était adulte, ça lui faisait du bien, de se sentir aimé par quelqu'un et que la dite personne montre son affection. C'est vrai que tu es à plaindre. Commença-t-elle en hochant lentement la tête, essayant de paraitre compréhensive mais peine perdue, elle s'empêchait déjà de rire. À ta place, j'aurais déjà fait quelques réclamations. Se moqua-t-elle encore avant de lui lancer un regard dubitatif. Elle savait à quoi elle s'engageait quand elle a accepté d'être sa maitresse (bien qu'elle n'aimait pas trop ce terme), alors elle avait pris l'habitude d'être prudente, à la limite de la paranoïa, quand elle était avec lui. Elle aurait été tellement en colère d'abandonner sa relation à cause d'une connaissance qui les aurait vu. Bon, si on ne croise personne... Commença la jeune femme, profitant de sa tête penchée vers elle, pour se hisser sur la pointe de ses pieds et poser un chaste et furtif baiser sur ses lèvres. Satisfaite, elle reprit sourire et continua à marcher d'un bon pas, surveillant quand même la rue, juste au cas où. Trois petites heures cette après-midi avec un prof passionnant, ça va passer en un éclair ! S'enthousiasma la jeune femme. C'était sûrement le meilleur cours de sa semaine, le genre de cours ou elle n'avait pas besoin de se concentrer parce que c'était le genre de prof qui savait capter l'attention de ses élèves rien que par sa présence. Si seulement elle avait eu ce genre de prof en mathématique, peut-être qu'elle aurait choisi un autre cursus. Et toi, monsieur le docteur, combien de patients cette après midi ? Elle l'admirait pour le métier qu'il faisait. Ça ne devait pas être facile tout les jours, de voir divers patients se succéder à différent stade de leur maladie. Charlie savait qu'elle aurait craqué depuis longtemps, si elle avait été à sa place, elle était sûrement trop sensible. Jetant un coup d'œil, à la rue, elle tourna, se rapprochant du fameux restaurant.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Temporary Admin □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.

RAGOTS : 130
ARRIVE(E) LE : 16/08/2017
POINTS : 64


Ce dont tu rêves.
CONTACTS:
MessageSujet: Re: All around me are familiar faces worn out places, worn out faces (Charlie)   Mer 23 Aoû - 16:23


Charlie & Soren

All around me are familiar faces
Worn out places, worn out faces


Il ne put s'empêcher de ricaner en entendant les paroles cynique de la demoiselle. Bien sur qu'il était à plaindre: elle avait failli le tuer à de nombreuses reprises avec sa maladresse ! Il avait gardé un vilain tic de brusque recul quand on lui versait une tasse de café alors qu'il était assis. Outre ses nouveaux réflexes à faire pâlir d'envie Batman, Charlie était un vent d'air frais qui lui faisait du bien. Il avait longuement hésité avant de lancer son invitation mais plus il passait de temps au café, près d'elle, plus il se sentait étouffé par la banalité de son quotidien. Bien sur, il avait toujours beaucoup de complicité avec son épouse, mais le rythme de leur vie respectives ne les faisaient que se croiser ou partager des moments avec les enfants. S'il adorait Daisy et Archie, il devait admettre que le fait qu'ils soient constatent entre Ava et lui n'aidait pas au renouvellement de leur vie de couple. Retrouver son épouse, couverte de petit pot pour bébé était drôle un temps mais n'aidait pas au glamour de leur vie de famille. Charlie était à des kilomètres de tout cela. Loin des couches, des cris perpétuels et des préoccupations de parents. Elle était vive et innocente et, avec elle, il oublia tout le reste.  « J'aurais peut-être du demander à voir ton responsable le jour où tu as tenté de m'ébouillanter avec ton café alors ? » lui lança-t-il en faisant mine d'être sérieux, mais guettant son visage du coin de l'oeil. Quand elle l'embrassa, il passa un bras autour de sa taille et la laissa repartir, légèrement frustré de n'avoir le droit qu'à un petit baiser de lycéen. Grognant il remis ses mains dans ses poches, reprenant, à son tour, son chemin tout en affichant à présent un léger sourire. « Trois heures ?! Quelle chance ... Il ne me semble pas avoir eu un tel emploi du temps à l'université ! » Oh bien sur, son emploi du temps ne lui laissait pas beaucoup l'opportunité d'avoir une vie sociale: ses parents mettaient un point d'honneur à ce qu'il réussisse dans la vie et il se devait d'avoir de bonnes notes. Mais malgré tout, cela ne l'avait pas empêcher de faire l'école buissonnière de temps à autre dans le but de faire une grasse matinée ou de se préparer avant une soirée. « Bonne question. Je suis de consultation cet aprem alors je vais jouer les simples médecins et m'occuper de pleins de gamins couverts de morve et de femme hypocondriaques ... Le rêve. » Il n'avait jamais été un friand des séances de consultations que l'hôpital lui imposait de faire mais cela faisait une parenthèses plutôt  appréciable dans un quotidien rythmé par les mauvaises nouvelles et la maladie.
AVENGEDINCHAINS

_________________

HAPPIER WITH YOU

I STILL REMEMBER THE SMILE WHEN YOU TORE ME APART. YOU TOOK MY HEART, DECEIVED ME RIGHT FROM THE START. YOU SHOWED ME DREAMS I WISHED THEY WOULD TURN INTO REAL. YOU BROKE THE PROMISE AND MADE ME REALIZE IT WAS ALL JUST A LIE. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: All around me are familiar faces worn out places, worn out faces (Charlie)   Ven 1 Sep - 12:21


charlie & soren

All around me are familiar faces, worn out places, worn out faces


Le jour où Soren lui avait proposé de prendre ce fameux verre, Charlie ne l'avait pas cru. Elle avait du se pincer et demander l'heure et le jour à une de ses collègues. Elle le savait marié, elle savait qu'il avait des enfants. Sa demande avait été plus qu'inattendu. Qui plis est, il s'était intéressé à elle, la petite serveuse maladroite. Elle avait hésité avant de se dire que s'il lui avait proposé, c'est qu'il le pouvait. Qu'il en avait envie au temps qu'elle. Charlie avait alors décidé de se laisser aller, de se laisser porter par ce que pouvait être le danger d'avoir cette relation interdite. Et la jeune femme ne le regrettait pas, enfin, pas dans ce sens. Parce que bien sûr, elle avait des remords. Mais qui n'aurait pas eu de remords dans ce genre de situation ? Peut-être. Commença-t-elle avec une moue boudeuse. C'est vrai qu'elle avait eu de la chance ce jour là, d'être tomber sur lui. Sûrement que sur n'importe qu'elle autre personne, elle se serait faite renvoyer. Charlie n'en était pas à son premier ébouillantage, elle était même réputée pour être assez maladroite. Le plus souvent, on en plaisantait mais elle savait que son patron la surveillait à ce sujet. Mais j'ai eu tellement de chance de tomber sur un homme comme toi, je savais que tu ne le ferais pas. Elle bluffait complétement, gardant son petit sourire, minaudant un peu. On lui avait toujours dit qu'elle aurait fait une bonne actrice. Et même si ses capacités de menteuse était assez élevée, elle n'avait jamais été aussi sincère avec Soren. D'ailleurs, comment pouvait-on lui mentir ? Charlie sourit quand il grogna. Elle aussi, elle voulait plus. Mais elle ne pouvait pas se l'autoriser, pas ici. Trop de monde, trop de risque. Elle avait peut être le coup du danger mais elle n'avait jamais été inconsciente. Tu as fait médecine et je fais du journalisme. Argumenta-t-elle. Qui plus est, j'ai des profs absents pour je ne sais plus quel motif. Ce jour là, elle n'avait pas écouté. Harcelé par sms par sa sœur, sa voisine de droite qui n'arrêtait pas de lui raconter son week-ends et ses pensées obnubilier par son amant. Non, jamais elle n'aurait pu se concentrer sur le motif qui faisait que ses profs n'étaient pas la. De toute façon, demain, je passe la journée à la fac et je ne prends mon service au café que le soir. Soupira la jeune femme, sentant déjà ses heures de sommeil en patir. C'était sûrement ce qui lui manquait plus, en ce moment, du sommeil. Son prochain objectif était de dormir un week end entier. Tu crois qu'il y aurait un moyen pour que je prenne une place entre femme hypocondriaque et gamin couvert de morve ? Je toussais un peu ce matin... Pas coupable pour deux sous, elle lui jeta un regard entendu avant d'enfin trouver ce fameux restaurant. Prenant sa main dans la sienne, elle le tira à l'intérieur ee la batisse où un serveur les pris rapidement en charge pour les installer. Elle s'assit, recouvra son joli sourire et prit la carte.  

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Temporary Admin □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.

RAGOTS : 130
ARRIVE(E) LE : 16/08/2017
POINTS : 64


Ce dont tu rêves.
CONTACTS:
MessageSujet: Re: All around me are familiar faces worn out places, worn out faces (Charlie)   Dim 17 Sep - 22:44


Charlie & Soren

All around me are familiar faces
Worn out places, worn out faces


Soren ignorait s'il devait bénir ou regretter le jour où il l'avait rencontré: sur le coup, sa cuisse ébouillantée avait attiré son attention sur la pauvre petite serveuse se confondant en excuse. Tout aurait pu s'arrêter là. Il aurait pu côtoyer d'autres cafés, ou garder ses habitudes mais ne pas prêter attention à la catastrophe ambulante qui, aujourd'hui, déambulait devant lui en faisant battre son coeur plus vite. Mais il n'en avait rien fait: il n'avait jamais été réellement raisonnable quand il y repensait sérieusement. Charlie aurait pu être ... Bon peut être pas sa fille, mais elle était même être plus jeune que Pandore ce qui lui donnait, parfois, l'impression d'être un pédophile ! Si ses parents le voyaient ... Lui qui avait toujours été le fils chéri, parfait, répondant à toutes leurs attentes. Lui qui avait fait médecin pour les rendre fiers, qui avait coupé les ponts avec sa soeur car elle avait "abandonné" la famille, lui qui avait fait un si beau mariage, donné de si beau petits-enfants. On était bien loin de l'image du Carpenter parfait. La situation était de plus en plus pesante. Être là, avec Charlie, était libérateur. Mais il ne pouvait retenir l'élan de culpabilité l'assaillant dès qu'il partageait un moment avec son épouse, mourant d'envie de tout lui dire, de confesser son odieux comportement tout en sachant qu'il n'était pas encore prêt pour cela. Et c'était dans ces moments de réflexions qu'il se haïssait: lui qui était trop faible pour avouer à sa femme qu'il en voyait une autre, lui qui était trop lâche pour prendre le risque de la perdre, qui était trop égoïste pour choisir entre la tendresse d'Ava et la passion de Charlie. Il se détestait, il était le pire des connards avec elles. Charlie avait choisi, dans un sens. Elle savait qu'il était marié mais Soren n'était pas bête, si leur histoire perdurait, il y avait de forte chance qu'elle attende de lui qu'il fasse un choix à son tour. Non, la vraie victime était Ava, si souriante, ne se doutant de rien. Son humeur devint alors morose. Malgré le baiser que la jeune femme déposa sur son visage, il ne pu s'empêcher de penser qu'il ne méritait ni la fidélité de sa femme, ni l'amour de Charlie.  « J'ignorais que je ressemblais à un bisounours ... » grogna-t-il, peu convaincu par le terme de "chance" en ce qui concernait leur rencontre. Charlie était un nouveau souffle dans sa vie, une seconde jeunesse, une nouvelle chance d'être le Soren qu'il s'était toujours empêcher d'être. Mais Charlie causerait sa perte. Il ignorait d'où lui venait cette certitude mais il savait qu'il foutait tout en l'air avec cette liaison.  « Et des trous dans un emploi du temps déjà peu remplis ... Cherche pas, j'ai toujours dis que les gens dans les filières littéraires étaient de gros flemmards » se moqua-t-il gentiment, sortant les arguments de l'éternel combat entre littéraire et scientifique. « Mais heureusement que tu as ce genre de disponibilité, on ne se verrait plus sinon ... » ajouta-t-il avec un clin d'oeil pour elle. « Demain, j'ai promis d'aller chercher Daisy à la sortie de l'école ... Rapprochement père-fille soit disant. » C'était l'une des promesses qu'il avait fait à Ava pendant leur thérapie de couple. Bien sur, l'idée de passer du temps avec sa fille l'enchantait. Elle était tellement pleine d'innocence, de joie de vivre. Il savait déjà qu'ils passeraient des heures au parc, qu'il lui offrirait une glace tout en lui faisant promettre de ne rien dire à sa mère. Et puis, ils rentreraient. Un peu plus tard que prévu, il s'excuserait auprès de la baby-sitter d'Archi et attendrait qu'Ava rentre à son tour pour prendre le relai. Cependant, malgré tout le bonheur de cette petite routine mensuelle, il regrettait de ne pas passer plus de temps avec Charlie. « Plutôt que d'être malade - car les enfants sont effroyablement contagieux et on sait jamais ce que l'hypocondriaque peut cacher derrière son rhume ... Que dirais-tu d'un week end rien que nous deux ? » Cette relation causerait sa perte, il prenait bien trop de risque pour son propre bien.
AVENGEDINCHAINS

_________________

HAPPIER WITH YOU

I STILL REMEMBER THE SMILE WHEN YOU TORE ME APART. YOU TOOK MY HEART, DECEIVED ME RIGHT FROM THE START. YOU SHOWED ME DREAMS I WISHED THEY WOULD TURN INTO REAL. YOU BROKE THE PROMISE AND MADE ME REALIZE IT WAS ALL JUST A LIE. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: All around me are familiar faces worn out places, worn out faces (Charlie)   

Revenir en haut Aller en bas
 

All around me are familiar faces worn out places, worn out faces (Charlie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les bonnes offres du dé à 3 faces
» [2200pts] Les Faces Bleues
» [28] - Bailleau-le-Pin - Les 20 faces du jeu
» niveau tout en 3D oui en 3D
» Scoop 6 (Chaos mortel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 04. oro valley miss you. :: wigmore district-