AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
parviendras-tu à remplir ta to-do list ? viens essayer !
intrigue : concours de tee-shirt mouillé au festival palazza

Partagez | 
 

 sorry seems to be the hardest word. + ISMAEL (To do list, Both)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.

RAGOTS : 42
ARRIVE(E) LE : 15/08/2017
POINTS : 44


Ce dont tu rêves.
CONTACTS:
MessageSujet: sorry seems to be the hardest word. + ISMAEL (To do list, Both)   Lun 11 Sep - 14:41


SORRY SEEMS TO BE THE HARDEST WORD.
I CANNOT LIE TO YOU OR MYSELF ANY LONGER, THE TRUTH HAS TO COME OUT.
Les courses étaient faites, tout était déjà rangé dans le frigo et elle pouvait partir pour aller prendre son poste au bar. Elle commençait un peu plus tôt aujourd'hui pour dépanner une collègue qui avait besoin de partir plus tôt. Ça ne la dérangeait pas dans le fond, ça lui ferait quelques dollars en plus et de toute façon, la petite resterait avec sa voisine pour la nuit. Elle réalisait la chance d'avoir une vieille dame qui acceptait de garder sa fille pour quasiment rien en échange, la pauvre n'ayant pas de petits enfants pour le moment, ça lui faisait plaisir de s'occuper d'elle. Au moins elle pourrait avoir son jour de repos tranquille demain et le passer avec elle. Durant la journée elle allait à l'école et le soir Morgane bossait, ça ne laissait pas énormément de temps à passer à deux pour mère et fille mais bon, en attendant de pouvoir trouver un job plus stable, il faudrait faire avec. Elle ne pouvait pas se plaindre, elle en avait un au moins, d'autres n'avaient pas cette chance. Elle aurait pu trouver autre chose de mieux payé mais hors de question de s'abaisser à ça même si c'était pour mettre sa fille hors du besoin. Pas qu'elle juge les personnes exerçant ces métiers là mais tant qu'elle le pourrait, elle préférait éviter de tomber dans ce milieu et par chance, sa mère lui avait envoyé quelques centaines de dollars récemment. Cette lettre l'avait surprise d'ailleurs, vu qu'elle lui reprochait d'avoir aidé son père elle-même n'ayant pas levé le moindre petit doigt pour aider son ex-mari quand ce dernier s'était mis dans la panade jusqu'au cou. Finirait-elle par lui pardonner et voudrait-elle se rapprocher pour enfin réellement apprendre à connaître sa petite-fille ? Peut-être, qui sait.

Elle verrait bien quand elle l'appellerait prochainement, comme le stipulait la note accompagnant les billets dans l'enveloppe. Prenant ses affaires, elle partait donc de son petit appartement pour retourner du côté de Madison Hill, quartier où se situait le bar où elle bossait. Elle avait un peu d'avance parce qu'elle voulait encore passer prendre un café sur son chemin, histoire de tenir jusqu'à la fin de son service. Voilà pourquoi elle était là, sur le chemin menant au Starbucks plus loin à cette heure-ci, loin de se douter qu'en tournant au coin de la rue, elle allait percuté la seule personne sur laquelle elle ne comptait pas tomber. Relevant les yeux de sa montre qu'elle consultait pour être bien sûr de ne pas arriver en retard pour remplacer son amie s'il y avait de la queue au café, elle rentra en effet dans l'épaule d'un homme et s'excusa aussitôt avant de se figer sur place en reconnaissant son visage. Un visage qu'elle n'avait jamais pu oublier d'ailleurs. « Ismaël... » murmura-t-elle, encore surprise que le hasard la fasse tomber précisément sur lui maintenant, alors que ça faisait des jours qu'elle tentait toujours de se convaincre d'aller le voir pour lui parler et lui expliquer ce qui c'était passé des années plus tôt, le jour qui était censé être le plus beau de leur vie...

_________________
I think I got heartbreak down
« What's the lord think of me for being so fucking weak; I find it hard for me to breathe so here's where my story ends; I've got to make amends, I let me down again & again. » by Wiise + lyrics by Pink ■ HEARTBREAK DOWN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin The man with the golden heart, black and white painted soul by the past.

RAGOTS : 410
ARRIVE(E) LE : 20/08/2017
POINTS : 566


Ce dont tu rêves.
CONTACTS:
MessageSujet: Re: sorry seems to be the hardest word. + ISMAEL (To do list, Both)   Lun 11 Sep - 22:48


Sorry seems to be the hardest word


Feat. Morgane (Émérence)

On dit toujours que la vie n'est faite que d'embûches. Celles qu'il faut enlever une par une afin de trouver un semblant de bonheur, de joie de vivre, jusqu'à ce que quelque chose se mette de nouveau au travers de notre chemin. C'est vrai. Chaque jour est une nouvelle épreuve. On ne sait jamais ce qui va se produire, ce qui va nous tomber sur la tête - pour les plus pessimistes d'entre nous -. Je suis plutôt le genre optimiste, ce qui me permet de me dire, chaque matin: quelle action je peux faire pour changer la vie de quelqu'un d'autre que moi-même? C'est surtout avec cette philosophie que je me sens à ma place dans le haut de ma compagnie. Je souhaite faire une différence chez la vie des autres, surtout de ceux et celles n'ayant presque rien dans la vie.

Je regarde calmement ma montre, assit derrière le volant de ma voiture. J'ai choisi de conduire une magnifique Audi d'un noir charbon aujourd'hui. Une voiture de style sport, le plus récent modèle qui fait tourner les têtes lorsque je roule dans les rues. J'aime parfois m'afficher, parfois non. Je ne crie jamais sous tous les toits que je suis riche, mais les bolides sont un de mes points faibles, surtout ma vieille Impala noire que je prends soin. Le vieux modèle qui roule encore avec charme et prestance. Le moteur ronronne gentiment alors que je roule en direction d'un café où j'aime bien prendre un café pour me détendre, mais aussi pour me donner l'énergie pour le restant de la journée, et de la soirée à venir.

Cela fait 8 ans aujourd'hui que je n'ai jamais revue Émérence, et j'ignore même qu'elle s'est présentée sous son second prénom, et qu'elle a refait une partie de sa vie sous son premier prénom. Toutefois, je me souviendrais à jamais de ses cheveux, de son visage et de ses yeux. Dès que mes yeux se sont posés sur elle, j'en suis presque tombé amoureux. Vous savez, le fameux coup de foudre? Je n'y croyais pas, jusqu'à ce que je la vois. Elle. Je me suis garé là où je le pouvais afin d'éviter d'avoir une amende. Je devais contourner un petit coin afin d'aller au café. Toutefois, alors que je contournais celui-ci, mon corps rencontra celui d'une jeune femme. Tout d'abord, je n'y prêtais aucune attention particulière, voulant m'excuser comme en parfait gentleman, mais ma voix s'est littéralement coupé dans ma gorge lorsque les yeux de l'inconnue s'étaient relevés pour se plonger dans les miens.

Émérence. Je suis en plein rêve ou cauchemar, éveillé? Elle ne pouvait pas être ici. Sa voix murmure mon prénom. Cette fois, j'en suis sûr. Elle est bien là devant moi. Mes traits se durcissent un peu, mes yeux semblent se teinter d'une légère obscurité. Elle pouvait nettement voir que je n'étais pas content de la voir. Pas ici, en tout cas. ''- Émérence'' lançais-je, d'une voix plus forte et plus grave que la sienne, même en général de la mienne. ''- Il faut que je te croise par hasard pour que je sache que tu es à Oro Valley? '' demandais-je alors que croise l'un de mes bras contre l'autre. Elle savait que j'étais ici, si elle avait eu un peu de conscience pour chercher. Nous avions déménagés ensemble et ma compagnie s'appelait en grosses lettres Samora. Elle le savait. Émérence est une femme intelligente, pas stupide. ''- Je crois, d'ailleurs, que tu me dois des explications, spécialement depuis toutes ces années. Évidemment... Normalement je suis plutôt concilliant et patient, mais je crois que ma patiente a été détruite il y a longtemps et tu me dois la vérité de tes actes. Même si cela doit faire mal. Je préfère savoir si tu ne m'aimais plus, si je t'avais poussée trop vite, si tu subissais du chantage de ma propre famille, peut-être cela était possible. Je veux seulement savoir la vérité derrière ta fuite.'' N'avais-je pas le droit à la seule et unique vérité? Celle qui m'a brisé le coeur n'a pas d'autres choix que de me le révéler. Je ne pourrais la laisser partir tant que je n'ai pas obtenu vérité. J'avais parlé en français, sa langue natal, par habitude avec elle, mon accent anglais qui se prononçait plutôt fortement puisque j'avais un peu perdu la main avec cette langue en ne la parlant pas assez souvent.

© HELLOPAINFUL



_________________
Until the end
When the rain falls. I won't let go. I'll be right here. I will show you the way back home. Never leave you all alone. I will stay until the morning comes. I'll show you how to live again. And heal the brokenness within.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.

RAGOTS : 42
ARRIVE(E) LE : 15/08/2017
POINTS : 44


Ce dont tu rêves.
CONTACTS:
MessageSujet: Re: sorry seems to be the hardest word. + ISMAEL (To do list, Both)   Mar 12 Sep - 15:32


SORRY SEEMS TO BE THE HARDEST WORD.
I CANNOT LIE TO YOU OR MYSELF ANY LONGER, THE TRUTH HAS TO COME OUT.
Combien de fois depuis qu'elle avait remis les pieds à Oro Valley avait-elle voulu aller toquer à sa porte pour le revoir ? Combien de fois avait-elle finit par abandonner l'idée parce qu'elle ne voulait pas voir dans son regard la haine qu'il était pourtant en droit d'avoir à son égard pour ce qu'elle lui avait fait? Elle avait cessé de compter après les premières douzaines. Même si elle savait bien que repousser l'inévitable ne servait à rien. Ismaël avait le droit de savoir ce qui c'était passé. La raison pour laquelle elle s'était évaporée de sa vie il y a huit ans, sans un mot. Il avait le droit de savoir qu'il avait une fille aussi. Celle-là même qui demandait de plus en plus à connaître la vérité sur la raison pour laquelle elle surprenait encore sa mère à pleurer, les yeux rivés sur une photo parfois, ou à triturer une bague une autre fois. Mais comment pouvait-on parler d'une telle chose après tant d'années ? Elle ne pouvait pas repartir, bien qu'elle aurait pu le faire. Retourner en France, reprendre la vie qu'elle s'était créée là-bas parce qu'elle n'avait pas le choix. Là-bas au moins elle avait de la famille, des gens vers qui se tourner si elle avait besoin de parler de ce qui c'était passé justement, pas comme ici où pour le moment, personne de son ancienne vie ne l'avait reconnu. Elle n'avait pourtant pas tant changé que ça, même si elle avait perdu dans son regard cette lueur qui habituellement faisait briller ses yeux de plus de bonheur qu'à l'heure actuelle.

Les jours passaient et elle n'était toujours pas plus prête à aller l'affronter, car oui, cela serait un affrontement, elle n'était pas dupe sur le sujet. Il n'irait pas l'accueillir les bras ouverts, remerciant le Seigneur de l'avoir remise sur son chemin. Non, il serait en colère, il la détestait sûrement aussi et elle l'avait cherché, même si ça n'était pas un choix avec lequel elle avait voulu vivre, contrairement à d'autres. La croirait-il seulement aussi, si elle lui disait la vérité ? Ce qui l'avait poussée à partir du jour au lendemain comme si elle n'avait été qu'un mirage, fruit de son imagination, n'existant que dans ses pensées ? Elle-même avouait qu'à sa place, elle douterait devant une pareille histoire. Et elle se demandait aussi si dans le fond, revenir ainsi ne serait pas pire que de le laisser sans explication. Qu'il puisse continuer de la haïr pour ce qu'elle lui avait fait, poursuivre la route sans jamais pouvoir à nouveau admirer ses yeux qui la regardaient avec tant d'amour, ne plus jamais sentir son odeur au petit matin quand les premiers rayons du jour se faufilaient dans leur chambre, et toutes ces autres minuscules choses auxquelles la vie l'avait forcée à renoncer quand les erreurs de son père l'avaient rattrapées elle aussi, même de l'autre côté de l'océan.

Celle là même qui à présent le mettait sur son chemin, comme pour lui forcer la main, une fois de plus. Elle n'en revenait pas de tomber ainsi sur lui et aussitôt, elle sentit que son coeur se serra dans sa poitrine. Il lui avait tellement manqué... Et déjà elle pouvait la voir, la colère, déformer le visage de celui qu'elle aimait, habituellement si doux quand il était avec elle. Mais elle le méritait, elle le savait et puisque le hasard le mettait sur son chemin, elle allait devoir enfin l'affronter, plus question de fuir encore une fois. « J'ai voulu venir te voir mais... » Elle inspira tout en fermant les yeux une seconde, pour se reprendre, avant de le regarder à nouveau. « Tu as raison, je te dois des explications. Pour tout. Mais j'aimerais autant ne pas faire ça ici. J'allais me prendre un café, que dirais-tu qu'on s'installe pour que je puisse enfin te dire ce qui c'est passé ? » proposa-t-elle, se demandant si c'était une bonne idée car les probabilités qu'il fasse une scène en apprenant la vérité étaient grandes après tout. Surtout quand viendrait le moment de lui dire qu'elle avait découvert être enceinte quelques jours après son départ...


_________________
I think I got heartbreak down
« What's the lord think of me for being so fucking weak; I find it hard for me to breathe so here's where my story ends; I've got to make amends, I let me down again & again. » by Wiise + lyrics by Pink ■ HEARTBREAK DOWN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin The man with the golden heart, black and white painted soul by the past.

RAGOTS : 410
ARRIVE(E) LE : 20/08/2017
POINTS : 566


Ce dont tu rêves.
CONTACTS:
MessageSujet: Re: sorry seems to be the hardest word. + ISMAEL (To do list, Both)   Mar 12 Sep - 20:46


Sorry seems to be the hardest word


Feat. Morgane (Émérence)

Ceux qui me osent se dire me connaître savent très bien que je ne suis pas un homme rancunier, mais mon pardon pour la rousse est très difficile. Je l'ai aimé tellement fort elle, putain. Comme un acharné. Comme si on ne pouvait aimé plus qu'une personne que ça dans sa vie, et à son départ, c'est comme si elle s'était envolée avec la majorité de mon coeur et de mes sentiments amoureux. Je n'étais jamais parvenue à aimer qui que ce soit après son départ, comme si j'avais espéré qu'elle se repointe un jour. Je ne peux vous dire que je n'aime pas encore aujourd'hui Émérence. Cette femme, elle est entrée dans ma tête, elle a parcouru mes veines et elle a brûlé mon corps tout entier d'amour brûlant tel un feu ardent qui parcourt chaque centimètres de mon corps. Mes yeux brillaient pour elle comme des étoiles dans le ciel lorsque les ténèbres envahissaient le monde pour laisser ainsi s'installer la nuit. Elle était la lune de mes nuits, le soleil de mes jours, l'oxygène de mes poumons. Lorsqu'elle s'est enfuie, j'ai été détruit autant de l'intérieur que de l'extérieur. J'me suis laissé emporter par l'alcool, ce fléau maudit, pour oublier ce qu'elle m'avait fait, pour enlever cette saleté de mon corps, de mon esprit, de cette sensation du coeur qui se serrait si fort dans ma poitrine. Je ne voulais même plus avoir de coeur. C'est le seul moment de ma vie où j'avais pensé à m'enlever la vie. Oui, elle m'avait fait mal à ce point, mais c'était tout l'amour que je portais pour elle, la seule que j'ai jamais autant aimée. Pas seulement pour ses magnifiques cheveux, ses yeux qui font que je m'y plongerais matin, midi, soir et nuit, non... Ce n'était pas seulement de son physique, mais Émérence avait ce caractère particuliers propre à elle.

Autant la rouquine pouvait se montrer si douce et aimante, mais elle avait un côté piquant qui lui était mystérieux. Légèrement épicée comme il le fallait. Toutefois, je n'étais très heureux de croiser le chemin de la française, pas maintenant, pas ici, pas après 8 longues années. J'ignorais que j'avais une petite fille et qu'elle me l'avait caché. J'ignore si j'allais être heureux, dévasté ou encore plus en colère qu'elle me l'ai caché. J'ai toujours su depuis un âge assez précoce que je voulais être père. Émérence était au courant et c'était un souhait que nous partagions ensemble dès que nous nous sommes connus, mais nous devions nous laissés un minimum de temps, comme de s'installer. Je n'étais pas conventionnel au point de dire ''Être marié avant d'avoir des enfants''. La voix d'Émérence me fit revenir au moment présent. Sa voix... Combien de fois me l'étais-je imaginé, mais elle avait été déformée au fil du temps. Cela me fit un certain bien de l'entendre de nouveau, même si j'étais toujours très en colère contre elle. Même si je pouvais péter un câble, jamais je lèverais la main sur une femme. Jamais. Le pire serait que je pourrais me barrer. C'est tout. ''- Y'a pas vraiment de mais qui tiens...'' coupais-je tout de même avec douceur. Elle avait eu le temps. D'après ce que j'entends, elle était ici depuis un petit moment. Assez pour y avoir réfléchit. Elle avait hésité trop longtemps. Cela me faisait tout de même un peu mal d'y penser.

Émérence m'invite alors à aller prendre un café, pensant que ce serait mieux dans cet endroit afin de pouvoir s'expliquer. Je secoue calmement la tête. ''- Tu penses qu'un endroit public sera approprié pour cette conversation? J'ignore ce que tu vas me sortir, alors je pense que pour une conversation privée, le mieux serait chez moi. J'ai une excellente machine à café, alors vient.'' Ma voix intimait à ne pas me décevoir. Ce n'était pas un ordre, mais disons qu'elle savait que le meilleur choix serait d'embarquer dans la voiture avec moi, surtout que si elle se désistait maintenant, je ne lui donnerais aucune autre chance de s'expliquer. ''- Si tu allais travailler, je te conseille peut-être d'appeler pour dire que tu ne rentrera pas. Je te payerais ta journée et même au double pour dédommager ton congé.'' Elle devait prendre le temps de s'expliquer. Pour cela, je préférais que l'on soit seuls. Je fis alors volteface afin de seulement traverser la rue pour me rendre à une voiture noire de marque Audi. Je dépose la main sur le capot, me retournant. J'attendais seulement cette femme à la chevelure de flammes. Qu'elle me rejoigne ou qu'elle s'enfuit. À son choix, mais celui-ci allait sceller à jamais le Destin entre nous deux. La balle était dans son camp.

© HELLOPAINFUL



_________________
Until the end
When the rain falls. I won't let go. I'll be right here. I will show you the way back home. Never leave you all alone. I will stay until the morning comes. I'll show you how to live again. And heal the brokenness within.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: sorry seems to be the hardest word. + ISMAEL (To do list, Both)   

Revenir en haut Aller en bas
 

sorry seems to be the hardest word. + ISMAEL (To do list, Both)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nécrons, 8ème Cadien et Word bearers
» Tchat Box everyone with the word
» Caractères sous Word
» [dca2011] renégats vraks + word bearers
» One Word Story is Back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 04. oro valley miss you. :: madison hill-