AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
parviendras-tu à remplir ta to-do list ? viens essayer !
intrigue : concours de tee-shirt mouillé au festival palazza

Partagez | 
 

 The more you suffer the more it shows you really care (Annabella)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.

RAGOTS : 216
ARRIVE(E) LE : 19/08/2017
POINTS : 300

MessageSujet: The more you suffer the more it shows you really care (Annabella)   Jeu 14 Sep - 12:09


The more you suffer the more it shows you really care  (Annabella & Clyde)
Well they say the road's a dangerous place. If you flip me off I'm the danger you'll face. You drive on my ass. Your foot's on the gas and your next breath is your last! I guess I got a bad habit of blowin' away. Yeah I got a bad habit and it ain't goin' away! Yeah! Drivers are rude such attitudes. But when I show my piece complaints cease. Something's odd! I feel like I'm God. You stupid dumbshit goddam motherfucker! I open the glove box, reach inside, I'm gonna wreck this fucker's ride! ► The Offspring - Bad Habit

Un exercice plutôt péril, auquel j’aime me soumettre assez souvent, c’est d’aller jouer dans un lieu public, sur un coup de tête. Parfois, j’y convie quelques vieux potes, parfois, j’y vais en solo. Une envie de voir si je peux accrocher des gens qui ne s’attendaient pas du tout à ça. Car conquérir une foule qui est présente pour écouter de la musique (à défaut de la vôtre) c’est assez facile. Mais séduire une foule qui en a strictement rien à foutre car bloquée dans sa routine merdique, c’est plus complexe. Et c’est justement cette difficulté qui me plaît ! Quand les choses sont trop simples, c’est d’un emmerdant, je trouve ! C’est bien pour cela qu’aujourd’hui, comme j’ai du temps à tuer, j’ai décidé de m’amuser à faire ça. Dans le parc de la ville. Histoire d’emmerder un peu les vieux en leur jouant des titres qui vont les réveiller de leurs mornes retraites, d’emmerder les plus jeunes qui pensaient pouvoir se tripoter, fumer et boire pénard, et d’emmerder tous les incultes présents, qui n’écoutent que la daube commerciale actuelle. Faut leur laver les oreilles avec un carcher, à eux, pour leur inculquer des musiques dignes de ce nom. J’espère que parmi la masse informe de badauds, il y aura quand même quelques individus avec assez de goûts pour reconnaître les titres que je vais jouer, mais bon, ça n’est pas mon but premier. Je veux surtout voir si je peux faire vibrer des gens qui n’y connaissent rien, et qui n’auraient jamais écouter de tels morceaux.

Je m’installe vers un banc, m’assurant d’être dans une zone de passage. Et je commence mon show. Uniquement à l’aide de ma gratte, et de ma voix. J’interprète quelques chansons de groupes comme Nirvana, Muse (du moins, avant que ça ne devienne trop commercial et que ça ne perde son âme pour le fric !), System Of A Down, un peu de Cranberries même (ça n’a jamais tué personne !), ainsi que quelques morceaux des Beatles, je fais un petit détour par Guns N’Roses, et je termine par un peu de Offspring. Durant mon « show », je ne fais pas vraiment attention à la foule, trop plongé dans mon monde. Putain que c’est bon, de faire une telle chose. J’en avais besoin, surtout depuis que j’ai retrouvé Bonnie et les autres. Pour l’instant, ça se passe bien, mais c’est pas tous les jours faciles, ce merdier. Jamais simple de collaborer avec son ex. Même si ça fait des années que l’histoire est terminée. Ca passera bien un jour. Bonnie n’était qu’une période dans ma vie. Non ?

Le retour au présent se fait quand j’égrène les dernières notes de Bad Habit, d’Offspring. C’est à ce moment, et seulement à ce moment, que mon regard fini par bloquer sur une nana, assise sur le banc de celui face auquel je chantais. Mes sourcils se froncent. Bordel, elle me dit quelque chose. J’ai couché avec elle et comme tant d’autres, j’ai oublié sa gueule et son nom ? Je secoue la tête. Non, c’est pas ça. Mais c’est étrange, je suis sûr que je la connais quand même. Pourrait-on réellement m’en vouloir, de ne pas reconnaître Annabella ? Ma demi-sœur ? Je ne l’ai pas vu tant que ça, avant de cesser pour de bon de retourner en Irlande, voir ma débile de famille. Même mon frangin, je ne pourrais sans doute pas le reconnaître, si je le croisais demain ! Je range ma guitare dans son étui, qui contient quelques pièces, que des passants m’ont donnés. Bonne chose : j’ai réussi à les intéresser, pour qu’ils mettent ainsi la main au portefeuille, même si c’était vraiment pas pour quelques pièces, que j’ai fait ça ! Mon étui sur le dos, je fais quelques pas dans la direction de la jeune femme, bien décidé à savoir d’où je la connais. « Excuse-moi, mais on se serait pas déjà vus, par hasard ? ». Je suis cash, je vais droit au but. Et je m’en fous si elle pense que je suis là pour la draguer. Qu’elle croit ce qu’elle veut, je m’en fous ! Je suis moins lourd que ça, quand je veux me taper une nana, quand même ! Là, je suis juste curieux, et agacé de ne pas mettre un nom sur son visage, car je suis persuadé de l’avoir déjà vu avant !

copyright crackle bones

_________________
Love buzz
Would you believe me when I tell you you are the queen of my heart? Please don't deceive me when I hurt you. Just ain't the way it seems. Can you feel my love buzz?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

The more you suffer the more it shows you really care (Annabella)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Séries TV / TV Shows
» Menu PS1 bleu - Qu'est ce que c'est?
» Casse-tête économique...
» Salut les buveurs de café bleu
» cartes VIP Nintendo - pour collectionner ou pour compléter des jeux - 06-2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 04. oro valley miss you. :: bakery place :: granada park-