AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
parviendras-tu à remplir ta to-do list ? viens essayer !
intrigue : concours de tee-shirt mouillé au festival palazza

Partagez | 
 

 Face to Face (Elias)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.

RAGOTS : 65
ARRIVE(E) LE : 07/09/2017
POINTS : 86


Ce dont tu rêves.
CONTACTS:
MessageSujet: Face to Face (Elias)   Mar 12 Sep - 22:47


Face to face


Feat. Elias

Ma tête bourdonne ce matin. Mes deux mains viennent s'accrocher dans mes cheveux. Mes doigts s'y emmêlent. Je suis trempée de sueur nocturne. Ces fichus cauchemars auront peut-être ma peau un jour, qui sait? Je veux plus les voir. Je ne veux plus voir ces images terrifiantes, ensanglantées et surtout toute ces guerres. Ces pauvres enfants qui n'ont rien demandés. J'ai vu des gosses se faire exploser en plein milieu de la journée alors qu'ils étaient main dans les mains avec leurs parents. Franchement, la vie, elle est cruelle. C'est une merde. Il faut savoir se bouher le nez et traverser cette bouse qui nous colle sous les pieds, même qui agit comme un sable mouvant. Mes paupières papillonent un moment avant que je ne trouve la vue parfaite et je me redresse calmement dans mon lit, libérant mes cheveux. Mes deux mains se posent de chaque côté de mon corps alors que je soupire et que je les passe ensuite sur mon visage.

Se réveiller la nuit en sueur c'est l'horreur.
Cauchemarder sur ce qui s'est produit, c'est avoir le coeur qui sort de la poitrine.
C'est un cercle vicieux. Une roue qui ne semble que tourner dans un sens.
Elle ne s'arrête pas. Elle continue. Elle vient étranger la pauvre peau de mon cou.
Elle me fait manquer d'air. Elle est meurtrière, peu à peu.


Je me laisse tomber sur mes pieds et je me dirige comme un mort-vivant vers la chambre de bain où je ne fais qu'ouvrir l'eau et où je me réfugie sous celle-ci. Froide. Glaciale. Le genre qui vous réveille en un coup puisqu'elle mord la peau. Elle la transperce comme des aiguilles. Cela fit accélérer mon rythme cardiaque et je semble reprendre un peu de contenance de vie. Lorsque je sors de la douche, je m'enroule dans une serviette épaisse afin de me sécher. Je vais ensuite enfiler un short plutôt court avec un débardeur. Je fais mon sac de sport et je file tout de suie de la maison dès que tout est prêt et que mes chaussures de sport sont enfilés.

Je ne prends pas la peine de prendre ma voiture. Je fais le trajet en jogging, préférant commencer le cardio plutôt que la paresse avec la voiture. J'ai déjà vécue bien pire que cela. Je me mets donc à courir en direction du Fit's club. Je sais pas qui va être là et ce n'est même pas la peine d'y penser de toute façon. La distance parcourue est d'environs quinze bons kilomètres avant que je n'arrive devant les portes du club que je pousse. Je prends de l'eau de ma bouteille que je verse sur un bout de serviette et je viens éponger la sueur qui a coulée sur ma peau, la faisant perler.

Je m'avance dans la salle et je repère facilement l'un des hommes qui s'y trouve. Le côté basané n'est pas facile à louper, ni l'allure de son physique. Je m'approche donc calmement de l'homme. Étrangement, il est penché, entrain de renoué les lacets de ses chaussures. J'en profite donc pour donner un coup de hanche au niveau de ceux de l'homme, le faisant obligatoirement pencher sur le côté. Peut-être même tomber. '' - Je pensais pas te trouver ici aujourd'hui, Elias. Ça te dit un petit entraînement à deux? '' Parfois, j'aime m'entraîner seule, mais j'aime également avoir un ou une partenaire. C'est plus... animé et surtout plus difficile. Il sait qu'il peut ne pas retenir ses coups avec moi, je sais encaisser. J'suis pas aussi faible physiquement qu'on peut le penser.

Non. Mes mucles sont forts.
Mon corps est solide.
La balle m'a traversée. Elle ne m'a pas tuée.
J'suis en vie. Mais à quel prix?


© HELLOPAINFUL



_________________
The sound of silence
In restless dreams I walked alone. Narrow streets of cobblestone. 'Neath the halo of a street lamp. I turned my collar to the cold and damp. When my eyes were stabbed by the flash of a neon light, That split the night, And touched the sound of silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.

RAGOTS : 77
ARRIVE(E) LE : 06/09/2017
POINTS : 66

MessageSujet: Re: Face to Face (Elias)   Mer 13 Sep - 15:51



Can't stand people's scream Nephtys & Elias La salle. Elle peut avoir différentes significations dans notre si riche vocabulaire. De bains, à manger, pleyel, de sport. Entre autres. Malgré toutes ces différences, elles ont toutes le même but : nous détendre. Même si je pense qu'une salle de torture n'est pas un moyen de détente pour un des acteurs qui aura le malheur de se retrouver dedans. Aujourd'hui, c'est la salle de sport qui nous intéresse. J'y vais assez souvent, chose que Niamh m'a une fois reproché dans une de nos disputes. À la volée. Sans qu'il n'y ait de rapports avec le fait de s'aimer. Selon moi.
Bah ! passons.
Ce matin c'est jour de récupération. Le patron lorgne à chaque fois sur mes congés, comme si il allait perdre du profit alors que j'ai bouclé mes listes et entamé parfois celles de collègues. Non en fait ça le fait rager. Et ce con me dit à chaque fois que je vais prendre du bide et qu'il me virera avec plaisir quand je ne serai plus rentable. Mais quel abruti. Mec, je ne mange pas deux Big Mac pour cacher ma dépression post divorce; divorce intelligent de la part de ta femme, vu à quel point tu es une lie. Je viens à la salle pour continuer à bouger ces muscles qui m'aident à gagner ce que mange. Puis, il y a des choses intéressantes là bas. Regardez.

Adrénaline.
Sueur.
Courbes.
Des filles.

Je reste un moment assis sur mon banc à rêver, ou plutôt vivre ce rêve éveillé, avec ce petit sourire béat un peu timide qui sied à mon faciès, à ce qu'il paraît. Ma musique dans les oreilles avec une vingtaine de séries de pompes et squats, puis quelques frappes. Je me prends un peu pour un héros, galvanisé par David Hasselhoff. Pow, je frappe un connard. Coup de pied retourné. À terre. La fille dans mes bras qui en remet une à celui à terre. Tellement puissant.
Puis, je l'ai vue arriver. De loin. Dans toute sa crinière brune et sa sueur. Puissante mais attirante. Nephtys. J'ai même arqué un sourcil quand elle se met à se rafraîchir, dans un petit émoi qu'on a tous, nous pauvres hommes. Je me remets à lasser mes chaussures, pendant qu'on me salue. Avec plus ou moins de sourires forcés. Parce qu'Oro Valley et sa si chaleureuse population doit montrer l'exemple. On doit tous être potes. Basanés, noirs ou blancs. Radieuse petite Oro Valley. T'inquiète pas mec, je sais que tu es raciste et que tu prends un partenaire black juste pour démonter la gueule de cette race d'une autre manière. Vient ensuite le coup de hanche qui d'ailleurs me met un coup au coeur. Je me penche sur le côté opposé, poussé par cette impulsion soudaine qui m'oblige à contracter mes pectoraux pour ne pas me casser la gueule sur le sol. J'enlève mes écouteurs et verrouille mon portable, levant la tête pour rencontrer son joli menton puis ses yeux sombres.

"J'ai du mal à te dire non. Surtout avec de tels arguments."
Je la regarde avec un oeil vif et je la reluque non sans y ajouter une note pudique. Par respect. Je n'oublie pas que les femmes adorent me fracasser la gueule; ou demander à ce qu'on me la fracasse. J'ai encore la marque de la claque de Madame Chamberlain d'ailleurs. Elle regarde justement la marque, quand enfin je me décide à me lever en secouant mes bras. Je touche ma joue bien entendu et j'arque les sourcils, montrant fièrement cette blessure de guerre
"C'est comme toi. Elle aime bien frapper là où ça fait mal."
Je me prends un coup entre les épaules. Un hoquet me vient et le gars se marre avant de se barrer vers les sacs. Un camarade de salle. Et un emmanché. Je souris quand même à Nephtys en haussant les épaules avant de prendre mes bandes pour les mains et me diriger vers le ring.
"Tu m'as l'air perturbée aujourd'hui. Je te fais tant d'effet que ça ?"
Je m'attends déjà à recevoir une frappe ou une réplique cinglante. Elle sait que je observateur. Que je sais voir, plus que je ne sais me battre, d'ailleurs. Flemme. Il suffit de voir comment ça se passe en ce moment sur le ring. Je me prends ses crochets vifs en les encaissant sur ma garde, mon esquive étant trop lente. Mais je tiens bon, usant de mes jambes pour donner du mouvement et peut-être trouver une faille.
"Si tu veux ... je peux prendre deux Big Mac par jour comme mon boss ... Traits plus difformes. Ça te soulagera d'un poids ... en somme."
Je lui dis ça en esquivant, en ripostant aussi par moments. Mais je reste là, à attendre ma réponse.
Vicieux.
Salaud.
Je t'aime bien aussi Nepthys.

© Justayne

_________________


   
« You want it darker. »
Leonard Cohen ▬There's a lover in the story, but the story's still the same. There's a lullaby for suffering and a paradox to blame. But it's written in the scriptures and it's not some idle claim. You want it darker ... We kill the flame.
   

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.

RAGOTS : 65
ARRIVE(E) LE : 07/09/2017
POINTS : 86


Ce dont tu rêves.
CONTACTS:
MessageSujet: Re: Face to Face (Elias)   Lun 18 Sep - 0:15


Face to face


Feat. Elias

Le gym, c'est l'endroit où il y a plusieurs types de personnes, mais on y retrouve principalement les ''mâles'' qui aiment se montrer, ceux qui possèdent de gros muscles et qui se pensent plus forts que les autres. Les ''machos'' que j'aime bien les surnommer. Ceux qui n'ont pas une seule parcelle de mon respect. C'est pas possible d'être aussi con pour son propre corps tout de même. Vous voyez le genre? Non? J'vous donne un meilleur tableau: le mec qui se vautre devant son miroir en bombant les muscles de ses pectoraux et de ses abdos, se tournant d'un côté, puis d'un autre en admirant son chef-d'oeuvre. Oh et sans oublier de se dire à lui-même qu'il est beau et parfait. Vous voyez mieux maintenant? Je soupire alors que mes yeux scrutent la salle autour de moi. Je m'avance. J'ai repéré assez vite un homme se prénommant Elias. Nous nous connaissons depuis un petit moment et nous privilégions le contact, les entraînements en duo lorsque nous nous retrouvons au gym au même moment.

Elias. Il a un caractère unique, faut le dire. Il a je-ne-sais-quoi de particuliers. Il ne cache guère ce qu'il veut dire. Parfois, on dirait qu'il n'a qu'une langue de vipère, mais je m'en fiche. Pour moi, c'est comme un vent frais, un renouveau particuliers. Elias c'est l'homme unique dans ma vie, comme personne d'autre. Il agit et ne pense comme personne d'autre. C'est sûrement pour cela que j'aime sa présence alors que d'autres le détestent, spécialement les femmes lorsqu'il ose se mettre à émettre des commentaires salaces. Je ne suis pas le genre de femme à frapper. Je préfère me la fermer. Je sais reconnaître la différence entre la méchanceté, les blagues, la drague et la grossierté en général. Lorsque je bascule l'homme d'un coup de hanche, je vois qu'il se retient à peine, mais il ne bouscule pas sur le côté. Il me répond, me détaillant de la tête aux pieds. ''- Ces arguments sont un peu trop voilés, tu manques quelque chose.'' répondis-je en faisant un clin d'oeil. Pensait-il réellement que je me mettrais à le frapper pour cette simple réplique? Il allait me connaître mieux au fil du temps.

Sa remarque me fit doucement rire alors qu'un mec plutôt costaud vint le bousculer, riant au passage. S'il n'en tenait qu'à moi, j'aurai ramené le visage de cet inconnu au sol, pour lui montrer ce que c'est le respect. Le minimum quoi. Je le rejoins calmement sur le ring, nouant les bandes adhésives autour de mes mains afin d'éviter les grosses marques sur ma peau. La remarque d'Elias me fit légèrement soucillée, puis sourire. Il est vrai que je suis vraiment perturbée par mes terreurs nocturnes, mais Elias semblait avoir le don pour me changer les idées. Elias esquive plus qu'il n'attaque durant notre combat. Mes coups sont rapides, précis et vifs. J'ai l'habitude. Ce sont mes entraînements réguliers, mais je préfère toujours être en duo plutôt qu'être seule. J'suis pas une femme faible, loin de là et les hommes l'apprennent rapidement à leur dépend. La voix de l'homme retentit de nouveau, mais ses paroles m'arrête sur ma lancée et je le regarde droit dans les yeux. ''- Tu perds rien pour attendre, Elias' lançais-je. Je me rue immédiatement sur lui. Je grimpe au niveau de ses épaules. Mes jambes s'enroulent proche de celles-ci et immédiatement je balance sur le côté, légèrement vers l'avant pour le faire basculer. Le mouvement est plutôt brutal et dès que son corps touche le sol, je me retrouve par-dessus lui dans une situation qui pourrait sembler plutôt... fâcheuse. Mes boucles brunes s'élancent de chaque côté de son visage alors que mon regard sombre se plante dans le sien.

''- Si, tu me perturbe, mais tu ne sauras pas comment tu me fais effet'' lançais-je de nouveau avec un grand sourire aux lèvres, dévoilant mes dents d'un blanc immaculé. ''- Y'a une autre façon de faire du sport, bien entendu. Mais je dirais pas non pour un big mac également. J'me prive pas des plaisirs de la vie, tu sais?'' Cela avait bien sûr un double sens. Un sous-entendu caché quelconque. Je vais voir s'il sait décocer les paroles d'une femme ou simplement être sur une ligne directrice dans son esprit. ''- T'es bien comme ça?'' demandais-je avec une petite lueur dans le regard. J'aime également m'amuser et taquiner les autres, même si cela peut être gênant ou dans des positions suggestives, comme en ce moment.

Joue.
Agit.
Vit.
Je t'aime bien aussi, Elias.


© HELLOPAINFUL



_________________
The sound of silence
In restless dreams I walked alone. Narrow streets of cobblestone. 'Neath the halo of a street lamp. I turned my collar to the cold and damp. When my eyes were stabbed by the flash of a neon light, That split the night, And touched the sound of silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.

RAGOTS : 77
ARRIVE(E) LE : 06/09/2017
POINTS : 66

MessageSujet: Re: Face to Face (Elias)   Dim 24 Sep - 16:56



Can't stand people's scream Nephtys & Elias Cette impression est géniale. Même si sur les bords, elle est aussi vachement flippante. Pourtant, quand je me sens partir, quand mon corps se dit "eh, ça te dit de baiser le sol ? c'est de la bonne" ben ... ouais. Je me laisse emporter sans problèmes par ce vendeur de bonne came, qui m'a sifflé ce bon filon. Sauf que c'est pas vraiment ma tête qui a sifflé l'idée, elle a plus été obligée de suivre le mouvement donné par mes épaules et le reste. En fait, ma tête a juste fait "super, ok je te fais baiser le sol". Je voltige, je vois le monde tourner jusqu'à ma chute inexorable, accompagnée d'un merveilleux son de fracas. Wow. Et le vendeur maintenant se dresse face à moi; je le vois détacher son outil de travail entre deux clignements d'yeux plus ou moins forcés par le jeu des lumières, me surplomber pendant que je me retrouve avec mon buste bloqué autant que l'est ma respiration. Sous ses dents blanches. Je me pâme d'admiration et envie en les regardant luire, disparaître et réapparaître sous ces lèvres rougies puis, je remonte vers ces yeux.
"Moi ? Toujours."
Je souris. Pourquoi devrais-je me plaindre ? Parce que je suis sous une femme magnifique, mais foutrement dangereuse ? Ou bien ... parce que ...

Je la tiens.
De mes mains.
Contraction.

Le fait de se pencher est certes une idée que l'humain a pour provoquer son prochain, sauf que le provoqué a une chance de le faire tomber en retour. J'active donc mes muscles de façon beaucoup moins molle que tout à l'heure, l'obligeant à fléchir sur un côté avec ma prise sur son épaule pendant que mon autre main balaie son bras avec force. J'ai certes sué, j'ai l'air d'un pauvre con pas vraiment dans le mouvement du combat, mais je ne suis pas non plus né de la dernière pluie. Même si ... faire cet effort me fatigue, blase au point que l'envie de fourrer ma tête contre un édredon me prenne.
"Big Mac c'est bien, en soi. Mais je suis plus beef barbeuc, Nef'. Plus de viande à mettre sous la dent"
Je claque des dents, fier. Il y a des gens qui sifflent, regardent la scène comme si il s'agissait de leur petit soap movie de l'après-midi. Ils attendent plus de grain à moudre; ce que je ne leur donne pas, évidemment. Je me redresse et prend Nephtys aux bras. Ça râle en disant que je ne suis pas drôle et je réponds juste en levant les yeux au plafond, tout en me massant l'arrière de la nuque. Le monde qui nous entoure est quand même foutrement étouffant d'un coup.Bon. On reprend du grade, mec.
"Si tu veux je te conseille Billy. Cheddar fondu, deux bons gros steaks ...
- Tu sais que je t'entends, sale pute de Sloane. que me répond l'intéressé en train de soulever ses haltères, deux machines plus loin.
- ... Bah. Je t'arrange un coup et c'est comme ça que tu me remercies ? Bref. Cette fois on y va franco."
Et à chaque fois que je dis ça, je me retrouve étalé et mal. Moins qu'au début, mais malheureusement je ne suis pas militaire et combattant samouraï dans l'âme. Je me retourne pour lui décocher un crochet vers la hanche qu'elle bloque aussitôt de son bras. Je suis légèrement plus petit qu'elle. On s'échange des frappes encore et encore jusqu'à ce que je pose mes mains sur les genoux, essoufflé et ... mal. J'ai foutrement mal mais j'encaisse. Je lâche entre quelques souffles un autre boutade.
"Si je deviens insensible ce sera de ta faute."

Je m'écrase.
Net.
Par terre.
Souffle Court.

Rire nerveux. Qui prend corps. De plus en plus. Putain que c'est bon. Je me sens revivre comme ça. Je ne sais pas ce que ressent ma partenaire à ce moment là, mais moi je suis euphorique. J'oublie mes petits tourments sans fumer. Sans pression. Puis, je lève mon index, me souvenant d'un truc qui me tambourine autant la tête que les bruits ambiants de la salle.
"Je me suis toujours demandé. Elle t'a fait quoi la vie pour que tu la frappes comme ça ?"
Loin de moi l'idée de me prendre comme image de vie, je suis une raclure. Mais je sais pas, au delà de la fille bandante qui va bientôt se doucher et qui merde, vaut la peine d'être reluquée mais aussi de s'y intéresser, il y a un truc perturbant; comme le mien. Je me passe la main sous la mâchoire, avant de voir les serviettes propres voler à tout va pendant que le distributeur humain gueule qui en veut. Je la chope au vol, m'essuyant le visage vigoureusement avant d'en ressortir avec un léger sourire
"Contre un Big Mac. Ou deux ?"
J'entends déjà Billy rire derrière et me traiter de pèquenaud. Vrai que niveau flirt et drague je n'ai pas de diplôme. Cinq ans d'arrêt ça rouille.

©️ Justayne

_________________


   
« You want it darker. »
Leonard Cohen ▬There's a lover in the story, but the story's still the same. There's a lullaby for suffering and a paradox to blame. But it's written in the scriptures and it's not some idle claim. You want it darker ... We kill the flame.
   

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Face to Face (Elias)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Face to Face (Elias)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» TRIAD-CHESS ▷ Echecs à 3 joueurs
» 05/01 Luxembourg - PTQ Dragon's Maze (San Diego) - Modern
» [Terminé] [SUAD] vs [ACOS] - Face à Face n°1
» [Terminé] [SUAD] vs [ACOS] - Face à Face n°2
» Quel comportement adopter face aux insultes ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 04. oro valley miss you. :: hupfeld east side :: fit's club-